La construction écologique en Guyane !

La construction cologique en Guyane
DSCN3933.JPG
025-Trésorerie-Générale.jpg
_MG_9911.jpg
_MG_5851.jpg

Urbanisme

Le projet d'éco-quartier Vidal à Rémire-Montjoly

carte_vidal

La ville de Rémire-Montjoly et l'EPAG, avec le soutien de la DDE, se sont lancées dans la conception d’un projet d'éco-quartier visant l’excellence en terme d’aménagement et de développement durable. Ce projet devrait s’inscrire dans la démarche de concours « éco-quartier » 2010 et pourrait devenir une vitrine du développement durable en Guyane, dans le cadre d'un aménagement urbain d'excellence.

L’intérêt pour la Guyane est de pouvoir refonder la manière dont est conçu l’aménagement urbain et de diffuser les bonnes pratiques issues de ce projet afin d’améliorer notablement la réalisation des espaces urbains guyanais.

La commune de Rémire-Montjoly pourrait devenir une « commune-pilote » en portant un des premiers éco-quartiers des départements d’Outre-mer.

Le site de Vidal sur Rémire-Monjoly a été choisi pour accueillir ce projet d'éco-quartier, ce site à de nombreux atouts.

 

En effet, le site de Vidal offre un potentiel d'aménagement unique en Guyane :

  • Proximité du secteur urbanisé, entrée de zone urbaine depuis l’aéroport.
  • Situation géographique avantageuse à la croisée de grands axes.
  • Maîtrise foncière presque entièrement publique.
  • Qualité paysagère.
  • Intérêt historique, naturel, culturel et patrimonial.
  • Taille de la zone (environ 300 ha) permettant d’accueillir un vaste programme (logements, équipements, espaces publics, activités...).

 

Les engagements, enjeux et objectifs du quartier Vidal :

 

Affirmer la cohérence territoriale :

Le quartier devra fonctionner en synergie avec son territoire d'agglomération Cayenne-Rémire-Montjoly et contribuera au développement de la commune de Rémire-Montjoly, des espaces environnants et de la Région.
  1. Particper à la mise en œuvre d'une politique locale d'aménagement de de développement territorial.
  2. Traduire et anticiper les politiques de transport de SAR et du SCOT.
  3. Témoigner d'une réflexion sur son positionnement territorial à travers son programme de développement.
  4. Permettre de vivre autrement la ville, non seulement pour les futurs habitants du quartier mais aussi pour les habitants de la commune.
  5. Renforcer le tissu urbain local.
  6. S'appuyer sur l'identité propre du site et faire levier sur le territoire existant pour l'amener à muter dans la qualité.

Proposer une offre de logements :

Face à la crise régionale du logement et aux inégalités territoriales, le quartier contribuera à l'effort de construction et de mixité sociale, à l'échelle communale et sur son territoire d'agglomération.
  1. Contribuer à l'effort de construction, notamment en matière de logements sociaux.
  2. Répondre quantitativement et qualitativement à une analyse des besoins à partir de la demande du bassin d'habitat, en termes de parcours, d'évolution, d'accessibilité financière, de diversification des statuts, des situations et des âges...
  3. Privilégier la mixité sociale pour toutes les catégories de population et toutes les générations. Garantir l'accès au logement familial des plus modestes et des couches moyennes, favoriser les parcours résidentiels, intègrer du logement très social et des habitats dédiés à des populations spécifiques (résidences spécialisées, habitat d'urgence, logements étudiants, personnes âgées, personnes handicapées...).

Organiser la mixité des fonctions et la compacité :

Le quartier contribuera à une moindre consommation du sol naturel par l'agglomération tout en offrant un accès optimisé aux aménités de la ville à un plus grand nombre d'habitants. Il créera de l'intensité urbaine.
  1. Intégrer une diversité de fonctions : habitat, économie, services, espaces verts... il pourra le cas échéant intégrer les grands services urbains en cohérence avec son rôle territorial ( musée ,lycée...)
  2. Mixer spatialement ces différentes fonctions. Cette mixité fonctionnelle fera l'objet d'une réflexion aux différentes échelles : du territoire, de la ville, mais aussi au sein du quartier, parfois de l'îlot et favorisera la ville des « courtes distances ».
  3. Participer à la dynamique économique et au renforcement de la cohésion sociale du territoire.
  4. Accueillir, à partir d'une analyse de l'armature économique, des activités économiques majeures du territoire et de la Région.
  5. Contribuer à diversifier l'offre d'emploi notamment par le maintien et l'accueil d'une économie de proximité tels que les commerces, les services, les PME-PMI, l'artisanat, l'économie culturelle...
  6. Être générateur d'intensité urbaine par sa compacité (densité et mixité des fonctions). Représenter une alternative exemplaire à l'étalement urbain et contribuer à la préservation des espaces ouverts (agricoles et naturels).
  7. Adopter des densités optimales en rapport avec son rôle territorial, urbain et son environnement paysager.

Intégrer la qualité enviroennementale au cœur du projet :

Le quartier préservera, restaurera, valorisera les ressources naturelles et permettra l'accès à un environnement de qualité. Il intègrera les contraintes liées aux risques et aux pollutions de manière performante.
  1. Être exemplaire en matière énergétique. Viser la réalisation d'un quartier à énergie positive.
  2. Économiser au maximum les ressources et privilégier les matériaux naturels.
  3. Intégrer le cycle de l'eau et retrouver un bon état écologique des masses d'eau (superficielles et souterraines).
  4. Participer activement et de façon innovante à l'objectif de gestion globale des déchets.
  5. S'appuyer sur le potentiel naturel et paysager du site pour souligner son identité et son lien avec le reste du territoire.
  6. Contribuer à la robustesse des écosystèmes du territoire.
  7. Accompagner la densité et la mixité des fonctions par une conception très qualitative des espaces public. Offrir des espaces public lisibles, facile à entretenir et qui garantiront la sécurité des déplacements.

Permettre l'évolution des modes de faire et des pratiques urbaines :

Le quartier sera le produit de nouvelles pratiques d'élaboration et de gestion de projet et favorisera l'émergence d'une nouvelle culture urbaine.
  1. La richesse du partenariat avec la CCCL, les opérateurs, la collectivité, les parties publiques, fait partie intégrante de la démarche du projet à toutes les étapes du processus, de la conception à la gestion courante.
  2. Anticiper les équipements, les services et les animations pouvant favoriser le lien social et la convivialité, l'appropriation du quartier par des actions collectives portées par la population qui le constitue (habitants, usagers divers). Développer le dialogue avec la population (conseil de quartiers, n° vert...) afin de faciliter son
    implication dans la vie de la cité.
  3. La gestion performante et l'articulation des chantiers entre eux afin de minimiser leurs impacts feront partie intégrante du projet du Quartier « VIDAL » et contribueront à sa bonne insertion dans la ville.
  4. La gestion propre des chantiers sera intégrée au projet, en ce qui concerne le recyclage des matériaux mais aussi les nuisances sonores, olfactives, etc. Il précisera les prescriptions demandées concernant les déchets de chantier.
  5. Adapter les services de la collectivité à une nouvelle forme de gestion et de maintenance afin d'optimiser les choix faits et les spécificités du quartier.
  6. Intègrer également la protection de l'environnement dans les pratiques quotidiennes de gestion et d'entretien.
  7. Anticiper sur l'évolution de ses besoins (par ex. plan de merchandising des commerces), la capacité d'adaptation aux nouveaux usages par la réversibilité de ses aménagements.
  8. Proposer des statuts d'occupation des locaux et des logements facilitant la réversibilité.
 
Site internet financé par la Région Guyane
Tous droits réservés - Informations légales & techniques
Haut de page